TwitterOn FacebookGoogle PlusYoutubeRSS

Archive pour juillet 2012

Le robot EMYS travaille sur ses émotions

Les chercheurs polonais de l’Université de Technologie de Wroclaw ont développé le robot EMYS. Un robot qui tente d’imiter les émotions humaines en utilisant les bases des expressions faciales.

La Pologne aussi travaille sur des projets robotiques, même si pour le moment nous n’avons pas beaucoup d’information à ce sujet. C’est donc le robot EMYS qui fait parler de lui ! Un robot créé pour pouvoir interagir avec l’homme à partir de ses expressions faciales. EMYS est ainsi capable de bouger sa tête, les yeux et les paupières pour afficher une large gamme d’émotions, comme le bonheur, la tristesse et la surprise. Il est composé de trois disques cylindriques pour former la tête, et de deux yeux globuleux. Les disques supérieur et inférieur sont en mouvement tandis que le disque intermédiaire est fixé au tronc du robot.

EMYS est contrôlé depuis un ordinateur qui transmet des signaux aux différents servos moteurs du robot. Sa vision est particulièrement évoluée grâce au logiciel Quickcam Sphere, qui permet au robot de voir et de reconnaître les personnes qu’il rencontre.

Ce robot regroupe les attentes de l’Union Européenne pour améliorer l’interaction entre les robots et les hommes.

Source : Gizmag

Un robot méduse ouvre des pistes pour la création de coeurs artificiels !

Des chercheurs américains sont parvenus à fabriquer un mini robot organique reproduisant la nage de la méduse.

Une nage simple, qui se caractérise par des mouvements successifs ( à l’image de battements) de l’ombrelle de la méduse.  Cette nage propulse ainsi la méduse par des petits bonds. Ces mouvements successifs très proches des battements du coeur humain ont donné des idées aux scientifiques spécialisés dans l’ingénierie du vivant.

« En 2007, je me suis dit que nous étions peut-être passés à côté de quelque chose en cherchant à comprendre les lois fondamentales des pompes musculaires », raconte Kevin Parker, de l’Université de Harvard. « J’ai commencé à m’intéresser aux organismes marins qui pompent pour survivre. Puis j’ai vu une méduse dans un aquarium et j’ai tout de suite remarqué les similitudes et les différences entre le pompage d’une méduse et celui d’un cœur humain », explique-t-il cité par l’AFP. Les chercheurs ont donc entrepris de mettre au point un robot « médusoïde », baptisé robojelly et doté d’une structure plutôt particulière.

En effet, le corps a été constitué de silicone aux propriétés très proches de la gelée d’une méduse. Huit bras de silicone imitent également les membranes de l’invertébrée. Ils ont ensuite imprimé sur cette membrane de 9 millimètres de diamètre une structure de protéines reproduisant l’architecture musculaire de leur modèle. Dessus, ils ont alors cultivé et organisé des cellules musculaires cardiaques de rat. Des cellules qui possèdent l’étonnante particularité de conserver leur capacité à se contracter et de pouvoir ainsi produire des mouvements natatoires contrôlés.

Une piste pour fabriquer des organes musculaires humains ?

Ainsi, lorsque les chercheurs ont plongé leur robot dans un fluide conducteur d’électricité et qu’ils y ont fait passer un courant oscillant entre 0 et 5 volts, comme un cœur réanimé, le médusoïde a nagé, produisant des contractions synchronisées similaires à celles d’une méduse. Les scientifiques qui publient les détails de leur invention dans la revue britannique Nature Biotechnology indiquent que le robot organique avait en réalité commencé à se contracter légèrement avant même de recevoir les stimulations électriques.

« J’ai été surpris du peu de composants nécessaires pour reproduire le comportement de nage qu’on retrouve chez la méduse biologique », déclare John Dabiri, professeur de bio-ingénierie à l’Institut de Technologie de Californie. « Je suis agréablement surpris que nous ayons pu nous approcher des performances biologiques naturelles, mais aussi du fait que nous allons probablement améliorer ces performances », indique-t-il.

L’application médicale de la méthode utilisée pour fabriquer ce médusoïde pourrait être reprise pour bâtir des organes musculaires humains. Selon les scientifiques, en collectant des cellules de muscle cardiaque d’un organisme et en les réorganisant artificiellement, il serait possible de construire un stimulateur cardiaque entièrement constitué de matériaux biologiques. Une technologie d’autant plus intéressante que l’alimentation d’un tel système ne devrait pas poser de problème, d’après les chercheurs.

 

Source : Maxisciences

La biologie au service de la science avec la Bio robotique !

 

Les Bio-roboticiens de l’université de Virginie aux Etat-Unis, ont développé grâce aux financements de la US NAVY un robot raie manta très proche de la réalité ! Mantabot est ainsi un nouveau robot inspiré par la nature, qui reproduit parfaitement les déplacements d’une raie manta.

Le corps du robot est en matière plastique, tandis que ses nageoires sont en silicone. Ses deux nageoires s’étendent et se contractent grâce à un système très ingénieux de câbles. L’objectif de ses recherches est de créer par la suite un nouveau type de véhicule sous-marin qui pourrait se fondre silencieusement parmi les autres créatures marines. Son rôle serait de surveiller l’environnement marin et pourquoi pas espionner pour le compte de l’armée …

Qu’est-ce que la bio-robotique ?

Contrairement à la robotique classique, la bio-robotique n’entend pas rendre les robots intelligents mais plutôt leur conférer des capacités de réaction vis-à-vis de leur environnement comme en ont beaucoup d’animaux. Prendre exemple sur la nature pour s’adapter à toute sorte d’environnement, tel est l’objectif des bio-roboticiens.

 

Source : Livesciences

Un robot sous-marin construit à partir d’objets de la vie courante !

Un groupe d’étudiants anglais a réalisé pour une compétition internationale de véhicules sous-marins autonomes en Italie, un AUV (Autonomous Underwater Vehicle). Ce robot est capable de détecter des mines sous-marine et d’effectuer d’autre actions en mer.

Il existe déjà des robots capables de chasser les mines, tel que le robot OLISTER. Celui-ci se déplace à l’avant du bateau auquel il est relié, il peut détecter différentes sortes de mines, celles à orins et les mines de fond, il surveille et inspecte également en permanence les fonds marin.

Cependant, le robot construit dernièrement par le groupe d’étudiant anglais à la particularité d’être assemblé uniquement avec des objets de la vie courante. Ainsi grâce à des composants de routeur, une caméra de Playstation 3, des feux de marche arrière de Land Rover et un ventilateur d’ordinateur, ce robot est tout a fait apte pour détecter des mines en mer.

La nouvelle génération de scientifiques est en marche !

Source : Gizmodo

Des yeux pour humanoïdes « presque » humain !

 

Voici le mécanisme qui vise à orienter une caméra (oeil du robot) à l’aide d’actionneurs  (nerfs) dans un format compact et léger

Chaque jours les scientifiques tentent d’améliorer la conception de leurs robots humanoïdes, plus de souplesse dans leur démarche, un touché qui s’adapte à la texture des objets etc…

Aujourd’hui des chercheurs de Georgia Tech à Atlanta aux Etats-Unis, travaillent à développer un système plus fluide pour le mouvement des yeux des robots. Des recherches qui s’appuient directement sur les yeux de l’homme et aux différents nerfs qui les contrôlent !

Des yeux « presque » humain pour permettre aux humanoïdes de s’adapter au mieux à leur environnement.

 

Source : Georgia Tech

Sea Explorer, le robot sous-marin de 100 000 euros perdu en mer …

 

Le CNRS basé à Villefranche-sur-Mer a perdu la trace du robot SeaExplorer mis à l’eau jeudi 5 juillet. Ce véhicule est propulsé par variation de flottabilité ce qui lui confère une très grande autonomie à faible vitesse et une grande discrétion. Il pèse 60 kg, mesure deux mètres de longueur, et il est capable d’aller jusqu’à 700 mètres de profondeur.

Ce drone est entre autre capable de :

- évaluer rapidement son environnement (Rapid Environment Assessment – REA)

- évaluer & étudier les mammifères marins

- détecter la pollution

- suivre la qualité des eaux

- faire des opérations de sauvetage

Sea Explorer doit faire surface toutes les deux heures pour transmettre par satellites les données qu’il a recueillis. Son autonomie est d’un à deux mois, ce qui lui permettait de faire de nombreux allers-retours entre le littoral et la Corse, jusqu’à 50 kilomètres des côtes. Il n’est cependant pas revenu à la surface depuis vendredi 6 juillet …
Collision, filet de pêche ?  L’industriel ACSA a déclaré «Il est possible qu’il réapparaisse en bout de course, son point d’arrivé ayant été programmé». Affaire à suivre …

Source : ALCEN, Figaro

Mahoro, le robot de laboratoire

Mahoro est un humanoïde de laboratoire, Co-développé par Yaskawa et AIST (Advanced Industrial Science et Technologie). Ce robot plus méticuleux et rapide que l’homme, a été conçu pour remplacer les scientifiques face aux manipulations des substances dangereuses.

Des accidents sont aussi moins susceptibles de se produire, car si les manipulations impliquent des matières nucléaires ou des maladies mortelles, seul le robot est en contact permanent avec ses substances. Mahoro est ainsi le premier humanoïde à être capable de réaliser ses taches difficiles, cela est du à ses 7 articulations encore uniques pour un humanoïde, qui lui offrent beaucoup plus de flexibilité.

Pour permettre à Mahoro d’être aussi minutieux dans ses mouvements, un scanner 3D est utilisé pour capturer les données 3D de chaque outil que le robot utilise dans le laboratoire. Les informations recueillis sont ensuite utilisées pour créer un laboratoire virtuel dans lequel Mahoro évolue. Pour finir, les scientifiques programment le robot pour différentes taches, qu’il pourra accomplir à tout moment.

Mahoro est à l’heure actuelle déjà utilisé dans certaines universités et compagnies pharmaceutiques, mais ses créateurs ont l’intention d’améliorer encore Mahoro, pour qu’il puisse un jour travailler aux côtés de l’homme plutôt que dans l’isolement.

Source : Geek

Best of Robots accueille le robot aspirateur NEATO XV-15 à son catalogue !

Intelligent, Puissant et Méthodique 


NEATO XV-15 est de conception Américaine par la société Neato Robotics, qui est installée dans la célèbre Silicon Valley en Californie. Ce robot aspirateur dernière génération vient bousculer les standards de performance ! En effet, NEATO XV-15 est doté d’un système de déplacement très intelligent, le système RPS (Room Positioning System) révolutionnaire, conçu et breveté par NEATO Robotics.

Voici comment NEATO XV-15 se déplace dans votre pièce :

1- Dans un premier temps le robot aspirateur analyse la pièce ou il se trouve grâce à son système RPS (Room Positioning System)

2 – Son laser construit une carte très précise de cette pièce et y intègre, murs, objets, portes etc …

3 – NEATO XV-15 commence son travail par longer tous les murs et les objets de la pièce

4 – NEATO XV-15 termine son nettoyage par l’intérieur de la pièce sous la forme d’un quadrillage, ce qui lui permet de passer qu’une seule fois au même endroit

Conçu à partir des caractéristiques des moteurs à réactions , NEATO XV-15 est doté d’une puissance d’aspiration incomparable à ce jour ! NEATO XV-15 est ainsi redoutable contre de nombreux débris, sur de la moquette, des tapis, et très efficace pour les poils d’animaux.

Ses autres points forts :

- Un design en D unique pour s’adapter à la forme de vos objets et de vos meubles.

- Un retour automatique sur sa base de chargement dès que ses batteries sont déchargées

- NEATO XV-15 peut enchaîner jusqu’à 3 cycles consécutifs de nettoyage pour un total de 140m2 parcourus

- Un robot aspirateur programmable jusqu’à 7 jours consécutifs à l’heure de votre choix

- Murs virtuel sans piles ! NEATO XV-15 est fourni avec 4 mètres de bande de délimitation, ce qui vous permet de délimiter une ou plusieurs zones à votre robot aspirateur, ou de le confiner dans une pièce par exemple

- NEATIO XV-15 est très simple d’utilisation grâce à son large écran de contrôle et son unique bouton orange marche/arrêt

- NEATO XV-15 détecte vos escaliers et vos différences de niveau en toute sécurité

 NEATO XV-15 est disponible sur Best of Robots à partir de 499 euros.

Le rover Curiosity de la NASA prend ses marques dans le désert de Mojave

 

Les ingénieurs de la NASA testent actuellement leur Rover Curiosity dans le désert de Mojave en Californie. Ce désert ressemble parfaitement a celui de Mars, composé de dunes de sable fin. En effet les scientifiques veulent éviter que ce nouveau Rover s’enlise dans le sable, comme l’a fait son prédécesseur !

Source : Iee Spectrum

Pourquoi le robot aspirateur NEATO XV-15 est-il différent ?

C’est dans la Silicon Valley en Californie que le robot aspirateur NEATO XV-15 a été développé. La société Neato Robotics qui en est à l’origine avait pour objectif de créer des robots domestiques capables de faire le travail de l’homme aussi bien que lui, et même mieux !

NEATO XV-15 est différent des autres aspirateurs intelligents, ses déplacements sont plus précis et son aspiration plus puissante.

RPS (Room Positioning System), un système révolutionnaire de déplacement

NEATO XV-15 n’est pas doté de caméras pour cartographier la pièce dans laquelle il se trouve, mais d’un laser qui lui permet de se situer à 360° avec précision dans son environnement. Il crée ainsi un plan de déplacement tout en y intégrant les murs, les objets et meubles qu’il devra contourner.  Avec le système RPS, le Neato XV-15 évite soigneusement la plupart des obstacles que les autres robots ne peuvent détecter que par impact. Ainsi NEATO XV-15 assure en un seul passage une couverture totale de la pièce ou il se trouve, ce qui fait du NEATO XV-15, le robot aspirateur le plus rapide. Pour environ 15m2, NEATO XV-15 a besoin de 5 à 10min en fonction du sol (moquette ou sol dur). De plus, NEATO XV-15 peut cumuler en toute autonomie jusqu’à 3 cycles de nettoyage si il considère ne pas avoir terminer l’intégralité de vos pièces.

Une aspiration des plus puissantes

NEATO XV-15 est doté d’une pale de compression centrifuge présente dans le cœur de l’aspiration du robot, qui se base sur les principes des moteurs à réaction. Ce système crée une aspiration très puissante, qui permet au NEATO XV-15 de ramasser toute sorte de débris, d’être très efficace contre les cheveux, les poils d’animaux ainsi que sur les tapis et les moquettes qu’il nettoie en profondeur.

Autres avantages du NEATO XV-15

NEATO XV-15 est par ailleurs programmable jusqu’à 7 jours à l’heure souhaitée et très simple d’utilisation à partir de son écran de contrôle. Il détecte le vide, et vous avertit si son bac à poussière de 660ml doit être vidé.

Un robot aspirateur dernière génération bientôt disponible sur Best of Robots.